© 2023 by Name of Template. Proudly created with Wix.com

Rien de nouveau sous le soleil

extrait de " l'atelier de l'artisane "

Guerres et bruits de guerre… les radios nous saoulaient d’angoisse. Et pourtant la vie n’était qu’habituelle. On allait au travail, on mangeait, on buvait, on mariait même nos enfants. La morosité sapait la bonne volonté. On n’avait envie de rien, à part de soleil en ce début de printemps. Les hommes politiques discouraient, les pacifistes manifestaient, les ventes d’armes secrètes allaient bon train On ne savait pas trop qui était l’ennemi, ni contre quoi on partirait la fleur au fusil. La vengeance appelle la vengeance, le sang appelle le sang, celui qui vivra par l’épée périra par l’épée : ce n’étaient pas les bonnes intentions qui manquaient. Une levée de boucliers pacifiste ne changeait rien à la vindicte des grands de ce monde. Le nom de Dieu était prononcé, d’un côté comme de l’autre avec une majuscule, on était prêt à la guerre sainte . Les gens un peu réfléchis se disaient que dieu n’avait pas grand-chose à voir avec la haine montante, que tout au plus il nous laissait nous dépatouiller avec nos penchants humains, si tristement humains. Et le diable devait mettre de l’huile sur le feu, à n’en pas douter.

 

La vieille Honorine qui était née en 14 et avait eu 25 ans, la fleur de l’âge, en 39, hochait la tête. Elle reconnaissait la crasse qui monte des mots éculés. Elle avait appris que la paix commence par soi-même dans une lutte âpre et silencieuse contre l’instinct. A bientôt 90 ans, elle écoutait les oiseaux chanter ce printemps là, en se disant qu’elle partirait en paix, réconciliée avec dieu comme avec elle-même, parce qu’elle avait usé de l’amour d’en-haut autour d’elle sans se ménager. Non pas qu’elle ait œuvré dans des associations de bienfaisance, ni changé l’humanité par une sainteté reconnue par le pape. Non. La vieille Honorine avait prié, prié et encore prié. Usé de la prière pour changer son propre cœur de toute cette saleté qu’elle partageait avec ses congénères, hélas… La paix des justes, se disait elle, plutôt que la paix des braves….

Le royaume de Tachimornie déclara la guerre à l’empire de Roguldir. La guérilla faisait rage en ouest Etiolipie. La famine et les coups d’état sévissaient en Armandchou. Et Honorine écoutait les oiseaux..

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now